L’événement de demain sera plus responsable

Avec la crise du COVID-19, la responsabilité sociétale des entreprises et le développement durable sont revenus en force sur le devant de la scène. Clients et consommateurs s’interrogent davantage sur l’impact des marques sur la société, et ce dans l’ensemble de leurs activités.

Ainsi, la communication et notamment l’événement, dont le premier objectif est de créer une expérience mémorable pour faire agir sa cible, ont un rôle majeur à jouer dans cette transformation profonde. Voici quelques pistes d’idées pour rendre vos événements plus écoresponsables.

Refuser, réduire et réutiliser

Quand on dit développement durable, on pense en premier lieu à la réduction des déchets. Dans l’activité événementielle, la gestion des déchets est une problé-matique essentielle quand on veut rendre son événement plus durable. Beaucoup de référentiels recommandent de passer par la règle des 3 R : refuser, réduire et réutiliser.

  • Refuser : cela signifie de remettre en ques-tion les habitudes et de s’interroger sur le bien-fondé ou l’impact positif de tel ou tel élément de votre événement. Quel est le véritable intérêt de distribuer des goodies ? Contribuent-ils à votre message ? Et s’il en faut, est-il vraiment nécessaire de travailler avec un prestataire inconnu qui se situe à des milliers de kilomètres ? N’y a-t-il pas une alternative plus proche ?
  • Réduire : ici, un véritable travail de fond est essentiel et commence avec les emballages plastiques (qui sont mal-heureusement redevenus la norme avec les mesures sanitaires dues à la pandémie). Privilégiez les traiteurs qui ont signé la charte Zero Single-use Plastic de l’IMS et qui s’engagent donc dans une véri-table démarche « 0 plastique ». Mais, la réduction se fait également sur d’autres postes comme celui des impressions. Réfléchissez à diffuser vos informations sur des écrans plutôt que d’imprimer le programme qui finira inévitablement à la poubelle. Enfin, souvent grand oublié du domaine événementiel, le tri, ne le négligez pas.
  • Réutiliser : c’est le maître-mot de l’éco-nomie circulaire – rien ne se perd, tout se transforme. Si c’est un événement récurrent, pensez que votre signalétique pourra vous servir plusieurs années. Par ailleurs, préférez la location à la construction. Concernant le catering qui est un des postes qui engendre le plus de gaspillage, pensez à donner le surplus à des associations.

Diminuer les émissions de CO2

Suite aux Accords de Paris, l’Europe a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30 % en 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Plusieurs pistes pour y arriver :

  • réduire les émissions en maîtrisant son activité et ses impacts ;
  • réduire les émissions des autres grâce aux produits et services qu’on propose ;
  • compenser ses émissions.

Au niveau de l’événementiel, cela se traduit par différentes initiatives :

  • tout d’abord une bonne gestion de projet par un expert en événement permet d’intégrer les paramètres RSE et de choisir les chemins les plus courts pour améliorer l’efficience de l’événement ;
  • choisir un lieu central : afin de limiter les émissions carbone émises par les participants, il est important de choisir un lieu facilement accessible en transport en commun et de le communiquer ;
  • limiter le nombre de participants : en parallèle au choix du lieu, réduire le nombre d’invités à ceux à proximité tout en proposant la digitalisation pour les autres participants permet de réduire les émissions émises tout en développant l’impact de votre événement ;
  • consommer local : ici, on pense tout de suite au catering mais il est impor-tant de choisir des prestataires locaux pour l’ensemble des postes de votre événement. Au niveau de la nourriture, encouragez les options végétariennes, les produits de saison et locaux ;
  • compenser : pensez à réaliser des parte-nariats avec des associations vous per-mettant de compenser vos émissions de CO2 comme myclimate.

Travailler avec un référentiel et dédier une équipe

Pour organiser un événement écorespon-sable, il est essentiel de travailler avec un référentiel.

Au Luxembourg il existe le label Green Events. Malheureusement, ce dernier se limite aux événements publics. C’est tou-tefois un guide intéressant pour cadrer la démarche.

Il est également important d’impliquer l’ensemble des parties prenantes dès le début de la planification et de dédier une équipe en charge de faire de votre évé-nement, un événement écoresponsable. Cela commence bien évidemment par la mise en place de mesures et se termine surtout par l’évaluation des résultats qui permettra de se fixer des objectifs d’amé-lioration continue.